Quotations
Registration Newsletter
Donate
Thank you for your support at French Writers Worldwide
Login
French Writers Worldwide
Abdelmajid Benjelloun
Abdelmalek Rochdi
Alaa al-Aswany
Alain Flayac
Alban Desire AFENE
Alexandre Depouzier
Andrei Makine
Anita Baños-Dudouit
Annie-Gardet
Arnaud Delcorte
Ask your questions
Audrey Ferraro
Bernard Leclaire
Caline Henry Martin
Caroline De Mulder
Charlie Bregman
Charline Effah
Chris Simon
Colette Fellous
Cristina fdjesus
Damien Personnaz
Daniel Leduc
Daniel Pagés
Diane Laure Okounde Simbou
Dominique Lancastre
Dorothee Leconte
Edna Merey Apinda
Elie Naleska
Elisabeth Charier
Eric Mansfield
Fabienne Vereecken
Fatou Diome
Fidji Broustet
Florian Rochat
Francine Grimard
Fulvio Caccia
Gaby Ferréol
Geneviève Francius
Ghislaine Sathoud
Guy Watine
Ian Surraville
Jacques Cauda
Jale Arditti
Jean-Fabien
jean-Jacques dupont-yokhanan
Jeanne Benameur
Jeffrey Littrell
Jibril Daho
Jocelyne Saucier
Julien Lootens
Khalid El Morabethi
Leliana Stancu
Lotis
Louise-Minster
Luc Lavoie
Luc Merandon
Marc KABA
Marcel Zang
Marie Cholette
Marie Fontaine
Marie Laberge
Marie-Christine Dehove
Mélanie Talcott
Michel des Fontanes
Monique Longy
Myriam Salomon Ponzo
Nadir Kateb
Nassim FERRADJI
Nassima Terfaya
Nathalie SOHOU
Nicolas Clément
Nina Minizen
Nourédine Zahri
Omar Tarawneh
Pablo Poblète
Pascal Marmet
Pascal Querou
Pascale Madeleine
Pascaline Alleriana
Patricia Oszvald
Patrick FORT
Patrick-Durand-Peyroles
Pie Tshibanda
Quraishiyah Durbarry
Raphael Confiant
Rémi Devay
Robert Notenboom
Romain Monnery
Sabir Kadel
Salome Mulongo
Samputho Nantarayao
Sandra djadi
Sandrine Virbel
Seddik Mahi
Serge Lapisse
Shantalh
SILVA Frédéric
Sona Reel
St Antoine de la Vuadi
Susie Morgenstern
Sylvain Bergogne
Sylvie Arnoux
Tanya Leroy
Teklal Neguib
Thierry Ledru
Thomas Galley
Verneuil Rémy
Vladimir Nicolas
Wictorien Allende
Worr Berstein
Yano Las
Yassir Mechelloukh

Afghan Literature II

Voix du monde

Littérature afghane 

alt

alt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Khaled Hosseini        et        Atiq Rahimi                                                                             

Atiq Rahimi, né le 26 février 1962 à Kaboul, Afghanistan.

Après avoir demandé l' asile politique en France, accordé en 1985, il obtient son doctorat en audiovisuel à la Sorbonne.

En 1989, son frère, communiste, resté en Afghanistan, est assassiné, mais Atiq Rahimi n'apprend sa mort qu'un an plus tard.

Son premier long-métrage, Terre et cendres, coécrit avec le cinéaste iranien Kambuzia Partovi présenté dans la section « Un certain regard » au Festival de Cannes 2004, a obtenu le prix Regard vers l'avenir.

Contrairement à ses trois premiers romans écrits en persan, Syngué sabour. Pierre de patience est directement écrit en français : « Il me fallait une autre langue que la mienne pour parler des tabous. » Il est récompensé par le prix Goncourt le 10 novembre 2008.

 

En 2011, il adapte avec l'écrivain et scénariste français Jean-Claude Carrière son roman Syngué sabour. Pierre de patience pour le cinéma. Ce film, dont il est également le réalisateur, est sorti le 20 février 2013.

Il définit ainsi sa croyance religieuse : « Je suis bouddhiste parce que j'ai conscience de ma faiblesse, je suis chrétien parce que j'avoue ma faiblesse, je suis juif parce que je me moque de ma faiblesse, je suis musulman parce que je condamne ma faiblesse, je suis athée si Dieu est tout puissant. »

 

JavaScript is disabled!
To display this content, you need a JavaScript capable browser.

Syngué sabour

Pierre de Patience

de

Atiq Rahimi

 

 

Un temps on tire,

Un temps on prie,

Un temps on se tait.

Un tour de chapelet.

" Al-Qahhâr…

Dieu, fais qu’il revienne à la vie !

Il s’est battu longtemps en ton nom.

Pour le Djihad ! "

Montre-nous que tu existes, fais qu’il revienne à la vie ! »

Le soleil se couche.

Les armes se réveillent.

Ce soir encore on détruit.

Ce soir encore on tue.

Les souffles ont leurs cadences habituelles.

La bouche est toujours entrouverte.

L’air est toujours moqueur.

Les yeux sont vides, sans âme.

Le matin il pleut.

Il pleut sur Kaboul et ses ruines.

Il pleut sur les corps et leurs plaies.

Comme toi, comme tes semblables…

comme ceux qui avaient décapité toute la famille voisine !

Oui j’appartenais à votre camp.

C’était terrifiant d’en arriver à une telle conclusion.

J’ai pleuré toute la nuit."

Son regard s’accroche à la poche vide de la perfusion.

Sa silhouette se profile sur les oiseaux migrateurs

figés dans leur élan sur le ciel jaune et bleu.

 

Le rideau de vertu.

"C'est mon âme qui donne mon honneur,
C'est mon honneur qui protège mon âme... "

 

Dans ce roman Atiq Rahimi place son lecteur  face à l’arbre de vie, sa plume est le symbole d’une puissance ascensionnelle, la force de la parole qui libère la femme afghane de son monde. Tel un paon qui déploie sa queue en roue universelle, l’auteur évente la multitude des reflets intérieurs, pupilles colorées d’une femme condamnée aux bruissements des mots chuchotés derrière la vitre, les derniers souffles exhalés d’une lampe tempête, des reflets bleu vert qui s’animent dans l’ombre flottante de la mort, un récit libératoire, transmutation spontanée des secrets interdits, abandonnant ce qui n’est plus salutaire pour Elle, pour atteindre enfin, la manifestation d’une révélation éclatante dans une plénitude mortelle.

 

Ainsi le déploiement cosmique de l’Esprit, passe par la mort de soi dans le miroir de l’Essence divine, pour se réveiller  ressuscité, consterné par les attraits moraux et sociaux d’une philosophie primaire où le cœur ne se reconnaît pas. Cette dualité des contraires souvent vénérée durant la période préislamique, où les religions des tribus poly-démones adoraient des pierres et des météorites dans le désert donnant ainsi un pouvoir spirituel à des matières considérées inertes et sans vie par la science d’aujourd’hui.

 

Dans ce roman audacieux pour la première fois, le corps d’un homme afghan éteint, troué d’une balle dans la nuque, écoute tous les malheurs, toutes les misères inavouées de sa femme à la lueur grise d’une aurore indécise, « pierre de patience » soumise à sa respiration silencieuse pondérée en attente de la délivrance explosive.

 

Lui, un homme, un Héros sanguinaire au corps malhabile, à la présence vide, parti pour cette guerre de religion fratricide, absurde, et revenu prétentieux, arrogant, violent ! Un homme qui ne connaissait rien de l’amour maternel,  un homme qui ne savait pas aimer, qui n’avait jamais rien su donner, alors il faisait la guerre. Il avait toujours été économe de ses gestes affectifs comme de ses joies, peut-être victime d’une éducation agnatique où tout était mesuré par l’égocentrisme du  maître à servir.

 

Elle, elle avait attendu l’homme pendant trois années de fiançailles chez sa mère, cette cruauté de l’absence prônée par les traditions vernaculaires, puis la nuit de noces, où il n’y arrivait pas…plus tard, elle se réjouissait quand il  éjaculait pendant qu’elle le subissait. A cet instant là, Elle était plus une femme par les choses qu’elle taisait que par les choses qu’elle disait. 

Maintenant elle allait tout lui dire, toutes les blessures enfouies en elle et dont elle n’avait jamais osé parler à personne. Ce n’était pas l’étroitesse du monde qui importait mais l’écho qu’il éveillait en elle.

 

«Tout te dire à toi, là, je me suis aperçue qu’en effet, depuis que tu étais malade, depuis que je te parlais, que je m’énervais contre toi, que je t’insultais, que je te disais tout ce que j’avais gardé sur le cœur et que toi, tu ne pouvais rien me répondre, que tu ne pouvais rien faire contre moi …Tout ça me réconfortait, m’apaisait. Donc, si je me sens soulagée, délivrée … et ça malgré le malheur qui nous gifle à chaque instant, c’est grâce à mes secrets, grâce à toi, je ne suis pas une démone ! »

 

Le lecteur découvre la sensation tendue de la duplicité de la tempérance tout au long du récit. Elle continue inlassablement à prendre soin de Lui. La plume de paon, marque-page, insérée dans le Coran, elle égraine son chapelet. Elle règle le goutte à goutte, Elle enfonce le tube dans sa gorge, elle le lave, elle se love contre lui, et accorde sa respiration à la sienne. Elle est heureuse et malheureuse à la fois, le déchirement intérieur des humiliations passées, des blessures affectives, des orages de dénégation de soi, l’amertume sombre qui la ronge,  le passé infernal qui la poursuit et l' accuse, les regrets inextinguibles, le tawaaf  des questions qui ne la quitte plus. Cette culpabilité qu’elle avait en elle, s’évapore dans des éclats de rires ironiques.

 

« Trois hommes hurlants se jettent à l’intérieur de la maison. « Que personne ne bouge ! » Et rien ne bouge. Les trois ont la tête et le visage dissimulés par un turban noir. Un des trois se penche ver lui, «  merde, il a un tube dans la bouche ! » et le retire , « Où est ton arme ? » hurle-t-il. «  Il est foutu » conclut le deuxième en se baissant pour lui enlever sa montre et son alliance en or. Celui qui reste soulève le drap avec le canon de son fusil pour découvrir le corps de l’homme. Troublé par cette atonie et ce mutisme, il lui enfonce le talon de sa botte dans la poitrine. Après avoir respiré profondément, plein de colère, il l’attrape par le col et le soulève. Le visage blafard et hagard de l’homme l’effraye. L’homme à la torche aperçoit le Coran par terre, se précipite dessus, le saisit, se prosterne, embrasse le livre tout en priant derrière le pan de son ruban. « C’est un bon musulman ! » s’exclame-t-il. Celui qui tient la torche recouvre le gisant avec le drap, il lui remet le tube dans la bouche, et fait signe aux deux autres de partir. Ils s’en vont. Avec le Coran. »

 

L’absence des écrits du Livre laisse la pièce dans un grand silence d’abandon. " Dieu, fais qu'il revienne à la vie ! Sa voix devient grave, et toi ? Tu le laisses comme ça ?! Et ses enfants ? et moi ? Tu ne peux pas, non tu n'as pas le droit de nous laisser comme ça ?! Sans homme ! Montre-nous que tu existes, fais qu'il revienne à la vie ! Si je pense que Dieu est mon père, s’il aime ses enfants comment peut-il laisser faire toutes ses souffrances ?" Mais dans quel camp Dieu se trouvait-il ? 

L’avènement de la conscience est sans aucun doute le plus interpellant des dons que certaines philosophies nous enseignent. En se détachant de Dieu, en devenant pleinement responsable de sa destinée, l’Homme accède à la dimension symbolique, c’est-à-dire à la signification et à la valeur identitaire, mais aussi à la séparation et à l’ambivalence d’une responsabilité liée au libre arbitre. Loin d’être un malheur imposé, cette révélation est peut-être la pré-figuration de l’Apocalypse naissante, métamorphose de l’évolution d’un monde.

 

Mais tout est question de regard, la pierre de patience, lui, comme la plume de paon, elle, sont de couleur noir permettant l’absorption complète du spectre lumineux. Lorsque la plume est éclairée, par le chemin des rayons lumineux sur ses micro-lamelles, elle émet une couleur. 

Si deux radiations lumineuses de même couleur sont émises, elles s’annulent, et diffusent  une couleur complémentaire. Il en est ainsi du dialogue entre  l'homme et la femme. La couleur qui apparaît à nos yeux de lecteur, dépendra de l’écartement entre les micro-lamelles et  l’ordre de la longueur d’onde, soit quelques dixièmes de microns selon la distance que vous attacherez aux mots.

Il reste à chaque lecteur de mouvoir son corps et de choisir son angle de vision pour que jaillissent les couleurs existentielles de l’esprit.

 

Syngué Sabour pierre de patience prix Goncourt 2008 Atiq Rahimi

                                              Cliquez sur la couverture pour vous procurez le livre.

 

« Ce récit, écrit à la mémoire de N.A poétesse afghane sauvagement assassinée

par son mari est dédié à M.D. Quelque part en Afghanistan ou ailleurs  » © Atiq Rahimi

" Les étincelles de mes plaintes font une poussière d'étoiles
Voici que la colombe de mes prières fait son nid dans l'empyrée "
© Nadia Anjuman

A bientôt .... See you soon.

Prochaine escale à la découverte ...
mcdehove © frenchwritersworldwide.com
 
Sortie du film le 19 02 2013

Atiq Rahimi sur le tournage du film

JavaScript is disabled!
To display this content, you need a JavaScript capable browser.

L'avènement de la conscience en afghanistan.

Envoyé spécial reportage  Nassima une vie confisquée I et II en 2006

par Marianne Denicourt 

JavaScript is disabled!
To display this content, you need a JavaScript capable browser.

Un autre point de vue Femmes afghanes durant les années 1970

 

 

 
Page Translation
Loading translations… loading
Part works fan club
The unmissable series
Let you touch !
Newsflash

The Unbearable Lightness of Being

  Insoutenable légèreté de l'&eci...

Read more

Synopsis de serge Lapisse

PROJET CINEMATOGRAPHIQUE  de Serge Lapisse   ...

Read more

Grand Prix du roman métissé

Maryse Condé, Grand prix of the multiracial novel. ...

Read more

Exile ...at Paris

           &nbs...

Read more

Third Congress of the Caribbean writers

Le thème de réflexion du troisième congrès, lequel se tiendra ...

Read more
Babel Chat

Abandon de la langue maternelle

  Le silence est devenu sa langue maternelle     &n...

Read more

Babel of Cherkaoui

    "MOTS" de Sidi Larbi CHERKAOUI   Sidi Larbi Cherkaoui et D...

Read more

Babel Baby

    Babel Baby         Apprentissage des langues de nos petits ...

Read more

Babel B. A.-Ba

            BABEL B.A.-B...

Read more
Social Bookmark
Facebook MySpace Twitter Digg Delicious Stumbleupon Google Bookmarks RSS Feed 
Find us on Facebook..
Voices of the world

Swiss literature

    Voix du monde   Littérature Suisse   &nb...

Read more

French Literature II

    Voix du monde   Littérature Française   ...

Read more

Algerian Literature ll

  Voix du monde   Littérature algérienne    ...

Read more

French Literature I

  Voix du monde   Littérature Française    ...

Read more

Afghan Literature II

Voix du monde Littérature afghane    ...

Read more
F.W. W mobilephone
News Feeds
Prev Next

French school board elections May…

Voting for French language school board trustees is scheduled for later this month, but only two elections are required for the six zones the board ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:8694 Flash

Read more

Canada and Quebec both stronger for embr…

This column is an abridged updated version of a French-language column that first appeared in L'actualité magazine. Earlier this month, Hébert ...

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:2025 Flash

Read more

French seek help over stolen Schu…

“Nobody has been identified as the author of these acts,” prosecutor Jean-Yves Coquillat is quoted as saying by French-language AFP.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:2076 Flash

Read more

French book publishers risk being…

Six thousand languages are spoken worldwide, but few have a market for books. French is the fifth-largest language pool, coming after Chinese, ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2113 Flash

Read more

French language

French Language News

Administrator - avatar Administrator 04 Mar 2014 Hits:2615 Flash

Read more

Protecting the French language &l…

Protecting the French language is high on the Liberals' priority list, said ... of Quebec's so-called language police but Bill 14 died on the order paper.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:1952 Flash

Read more

Four Students Head To France To S…

The French hosts families take in two or three students, normally from ... and friendship rapidly develop with French being the “common language”.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:1998 Flash

Read more

French photojournalist Camille Le…

The French President's office said Tuesday that 26-year-old French ... “What fascinates me about photography is its universal language,” Lepage told ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2015 Flash

Read more

PLSD students place in National Frenc…

And that passion, particularly for the French language, helped them earn National Bronze Medals after completing the American Association of French ...

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:2054 Flash

Read more

French on the Web: Quebec Court L…

What next, he's going to say that English and other languages are actually equal to French? Surprisingly he has the very nerve to do so and argues ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2073 Flash

Read more