Quotations
Registration Newsletter
Donate
Thank you for your support at French Writers Worldwide
Login
French Writers Worldwide
Abdelmajid Benjelloun
Abdelmalek Rochdi
Alaa al-Aswany
Alain Flayac
Alban Desire AFENE
Alexandre Depouzier
Andrei Makine
Anita Baños-Dudouit
Annie-Gardet
Arnaud Delcorte
Ask your questions
Audrey Ferraro
Bernard Leclaire
Caline Henry Martin
Caroline De Mulder
Charlie Bregman
Charline Effah
Chris Simon
Colette Fellous
Cristina fdjesus
Damien Personnaz
Daniel Leduc
Daniel Pagés
Diane Laure Okounde Simbou
Dominique Lancastre
Dorothee Leconte
Edna Merey Apinda
Elie Naleska
Elisabeth Charier
Eric Mansfield
Fabienne Vereecken
Fatou Diome
Fidji Broustet
Florian Rochat
Francine Grimard
Fulvio Caccia
Gaby Ferréol
Geneviève Francius
Ghislaine Sathoud
Guy Watine
Ian Surraville
Jacques Cauda
Jale Arditti
Jean-Fabien
jean-Jacques dupont-yokhanan
Jeanne Benameur
Jeffrey Littrell
Jibril Daho
Jocelyne Saucier
Julien Lootens
Khalid El Morabethi
Leliana Stancu
Lotis
Louise-Minster
Luc Lavoie
Luc Merandon
Marc KABA
Marcel Zang
Marie Cholette
Marie Fontaine
Marie Laberge
Marie-Christine Dehove
Mélanie Talcott
Michel des Fontanes
Monique Longy
Myriam Salomon Ponzo
Nadir Kateb
Nassim FERRADJI
Nassima Terfaya
Nathalie SOHOU
Nicolas Clément
Nina Minizen
Nourédine Zahri
Omar Tarawneh
Pablo Poblète
Pascal Marmet
Pascal Querou
Pascale Madeleine
Pascaline Alleriana
Patricia Oszvald
Patrick FORT
Patrick-Durand-Peyroles
Pie Tshibanda
Quraishiyah Durbarry
Raphael Confiant
Rémi Devay
Robert Notenboom
Romain Monnery
Sabir Kadel
Salome Mulongo
Samputho Nantarayao
Sandra djadi
Sandrine Virbel
Seddik Mahi
Serge Lapisse
Shantalh
SILVA Frédéric
Sona Reel
St Antoine de la Vuadi
Susie Morgenstern
Sylvain Bergogne
Sylvie Arnoux
Tanya Leroy
Teklal Neguib
Thierry Ledru
Thomas Galley
Verneuil Rémy
Vladimir Nicolas
Wictorien Allende
Worr Berstein
Yano Las
Yassir Mechelloukh
Rémi Devay Profile Page
Rémi Devay
8868
OFFLINE
6 years ago
6 years ago
6 years ago

Contact Info

Rémi Devay
Paris
France
33-6 11 40 56 88
...
Remy Devay

Biography

Né à Versailles en 1958 sous le double auspice de Louis XIV et de  François Vatel et toujours vivant dans le 14e arrondissement de Paris, 

Auteur de trois enfants, il s'est toujours farouchement défendu de vivre dans le Sussex.

Il est de notoriété publique qu'il ne joue pas au bridge bien qu'il aime faire le mort.

 

Parmi ses traits les plus remarquables :

- Aime les gares belges

- Verse du citron sur ses tartines de Roquefort

- Rêve de faire un poker avec Antoine Blondin, John Cleese et Joël Robuchon

 

Le prochain roman "L'enfouissement rabelaisien" sera achevé en novembre. 

 

Last but not least : La critique de Tirons-nous (let us flee) par Chris Dehove est particulièrement juste !

 

 

Bibliography

"Plutonium et p'tites pépées",

un roman épistolaire sera publié en avril 2015.

 

"Poussières du monde " 2014

80  femmes et hommes parfois ordinaires, simples citoyens du monde, enfant, viticulteurs, étudiants... ou d'autres écrivains, artistes, intellectuels,  photographes, reporters, politiques,  ... ont apporté leur pierre  à l'édifice du monde en racontant la journée qui les ont marqués de mai 2013 à mai 2014. 

poussières du monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouveau réédition de " Tirez-vous " petit manuel de l'abandon

ref : ISBN 979-10-252-0037-7

SODIS : 754 787.6

Editions François Bourin 2014

Tirez-vous petit manuel de l'abandon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouveau roman e-pistolaire de Rémi Devay.

enfouissement

 

 

 

Auteur : Rémi Devay

rubrique : roman épistolaire

Aux éditions Thebookedition.com

référence : 87765

sorti : novembre 2012.

 

 

 

 

 

 

Premier roman de Rémi Devay.

 

 

 

Rémi Devay

Littérature

Littérature humoristique

14,8x21cm (Exlibris)

Noir & Blanc

118

53518

978-2-9538795-0-6

Vous procurez le livre papier ou pdf.

Aux Editions : The Bookedition

Literary critic

 

Comme un beau tamanoir cousin d'un flamand rose...

« Mais qu’il est con ! », que celui ou celle qui se s’est jamais exclamé ces quelques mots entre deux hoquets de rire prie d’urgence sainte Rita, patronne des cas désespérés, aille tel Judas se pendre ou, s’il ou elle lui reste une étoile lointaine dans sa dépression sublime, cheveux au vent, main sur le cœur, larme en cristal au coin de l’œil lupin, lise Rémi Devay à grands coups de pied dans le derrière.

 

Ah ça, pour être une andouille, c’est une andouille, le Rémi. Il vous dirait « andouillette », par modestie, mais non, mais non ! C’est du gros, du boucher qui tient au ventre, il en rate pas une, le Rémi, mais que voulez-vous, moi, il me fait rire.

On dirait un cousin littéraire de Francis Mizio, pour qui je vous ai déjà confessé ma plus totale admiration. Culture, passé de journaliste plus que probable, humeur lucido-dépressive que l’on compense en faisant son clown, en se réfugiant sous le totem pudique de l’animal ridicule et rare, le flamand rose pour Françis, le tamanoir sur Facebook pour Rémi (car oui, moi, madame, j’ai la chance de l’appeler Rémi).  Qui osera la thèse de littérature comparée sur la touillette miziesco-devaysienne ? Le désespoir des clowns ? Les derniers moralistes populaires ?

Bien entendu, on peut crier à la ficelle (il vous répondrait qu’il préfère les miches, spécialement celles de sa boulangère), à la corde qu’on tire (il vous répondrait que c’est pour ne pas aller se pendre).

Derrière, un p’tit goût lointain de Lautréamont en moins excité et du « vas-y que je pars en vrille avec un texte sans rapport avec la choucroute ». Abandonner la choucroute, voilà un chapitre qui manque d’ailleurs à cet opus.

L’abandon… Un guide de l’abandon… Une espèce d’anti-bréviaire alcoolique et yogi écrit par un Lignière condamné à se contenter d’une époque en vin de table. Par éclair, ça tape juste et fort, ça laxe, malaxe et vous déconstipe façon « Que diable allais-je faire dans cette galère ? »

Vite lu, apprécié par Vanessa Postec (toujours un gage de grande qualité), ce livre choquera peut-être par certains passages. Que l’on y voit pas plus qu’un « entre nous », une recherche de connivence (et dites-moi, dans les yeux, j’ai dit les yeux, qui d’entre vous n’est pas horrible dans ses chats privés ?)

En tout cas moi, je l’adopte, le tamanoir, étendant sous mes plumes ma réserve naturelle de bébés loufoques.

 

Philippe Perrier "quelques plumes"  9 août 2011.

 

Sélectionné pour le livre du mois octobre 2011.Tirons-nous

 

Translation

-

Extract of book

" L'enfouissement " 

Une femme, Camille Cheneval, reçoit un matin, une lettre de la "Sematech" (sous-traitante de l'industrie nucléaire) lui confirmant un rendez-vous jamais pris avec une équipe de géomètres.

Que viennent-ils chercher dans sa propriété ?

L'affaire aurait pu être réglée avec une lettre en AR, mais certaines personnes du Quai d'Orsay, du Ministère de l'Intérieur, de la DCRI, des écologistes fumeurs de joints et un certain facteur amateur d'escargot en ont tous décidé autrement...

"Tirons-nous" premier roman de Remi Devay.

• Avant-propos •

C’est une chose qui sert à expliquer ce qui n’est pas clair...

Lectrice, lecteur,

Un jour, un homme, une femme, un humain en quelque sorte, se voit confronté à son destin ou à sa volonté. Notez bien que cela peut commencer une nuit. Je ne suis pas prosélyte mais tolérant. Tout ce que vous pourrez lire ci-dessous, peut être lu chez vous, chez l’autre, dans le bus, au restaurant, dedans, dehors, avec ou sans étoile ; avec ou sans cigale. 

Il n’est donc pas nécessaire pour aborder cet ouvrage d’être zen ou stressé, de se servir un gin fizz, un Stinger (cognac et crème de menthe blanche), ou même d’allumer un feu dans l’âtre et de jeter un dernier regard concupiscent à l’être nu, mâle ou femelle, dont la peau soyeuse reflétera les volutes diablotines de la braise précédemment entretenue par vos soins. Car ce qui vient ci-dessous est un simple essai concernant l’abandon. La qualité de la peau de bête sur laquelle vous allongerez votre partenaire n’a ici strictement aucune importance. De surcroît, je trouve cela vulgaire à l’extrême… 

Abandonner sa vie sociale est certes lâche, mais je trouve qu’il est 3 franchement encore plus minable de ne pas y mettre un peu de talent et de classe. Mon but est de vous y aider !

J’ai voulu cet essai sur l’abandon, nonsensique, loufoque et profondément méchant… Mais classe tout de même ! Car la vraie méchanceté ne s’exerce que sur ceux qu’on aime… Dépenser sa méchanceté avec des cons est une perte de temps.

L’idée est celle de « partir ». On ne sait où, on ne sait combien de temps, on ne sait même s’il y aura un retour.

Cela peut être une décision humaine, une fatwa divine ou simplement l’envie d’aller dézinguer du yack sur les plus hautes montagnes du Tibet, et vous en conviendrez, cela doit prendre une certain temps (les yacks sont plus véloces qu’on ne le suppose, et les Tibétains, procéduriers en diable : en tout cas, c’est ce que disent les Chinois).

Cet essai est aussi un guide, car il est l’oeuvre d’une équipe rédactionnelle accumulée au cours des sujets traités. Il débute par le « je », car j’étais tout seul et que c’était mon idée à moi, et se clôt par le « nous », vous comprendrez au fil des pages qu’il ne pouvait en être autrement. Comme dans la vraie vie, quoi !4 

• La maison •

C’est une chose qui sert d’habitat… en tout cas c’est ce que prétendent les architectes

Le gaz

Quitter sa maison, c’est avant tout ne rien oublier et surtout pas le gaz. Partir pour de bon rend la chose encore plus périlleuse. Le gaz, cet ensemble sous-jacent de tuyaux, de tubes, de coudes, de vannes qui se tapit dans tout mon immeuble m’inquiète soudainement. Si je ferme le robinet, je bloque le gaz hors de chez moi. Fermé, en cas d’explosion inopinée, il rendra l’explosion chez les voisins plus percussive, les pulvérisant tous « façon puzzle », comme disait Albert Simonin. Ouvert, en revanche, je sauve peut-être cet infâme lardon dont la chaîne stéréo équipée du module « hyper bass trop cool » a pourri toutes mes nuits depuis six ans. J’hésite. Ça sonne un peu vengeance tout de même. Mais d’un autre côté, de celui des voisins, je leur évite peut-être le pire. L’ado-lardon, le Kevin comme ils l’appellent, je le sens, peut avoir un devenir louche… 

Intuition ?..

Le Parisien Libéré, 5 juillet 2010 : « Kevin Lepur, plus connu sous le sobriquet de “Kevin l’éviscéreur” vient d’attaquer sa septième boucherie en moins d’un mois… Il semble que le tueur en série continue d’employer avec une morgue certaine le même procédé : le boucher est éviscéré puis fourré de ses

propres faux-filets (24,30€/Kg). La police, comme la morgue, confirme qu’ils n’ont “jamais retrouvé la moindre trace de bavette d’aloyau, ni de rum-steak à l’intérieur des victimes”. Et précise : “Ce mec connaît son taf” (une source anonyme du quartier qui s’y connaît en Charolaise). »

Laissons le robinet du gaz ouvert. Ce petit pourra peut-être me donner quelques tuyaux...

Le reste !

La maison, c’est aussi des tas de choses amassées. Des assiettes peu seyantes héritées d’héritages, des verres imbuvables, des lits défoncés on ne se souvient plus comment, des canapés mous dévolus aux âmes en peine de passage, des lampes jaunies à l’éclairage blafard, qui délivrent pour pas cher l’atmosphère des films de David Lynch, et ces dizaines d’objets improbables qui ornent, décorent, enjolivent, agrémentent des étagères de pin ou de chêne achetées finalement pour s’aider à supporter le poids de son passé. 

L’huissier est, à mon avis, la seule solution globale envisageable. Le mieux est donc d’acheter à crédit auprès d’une seule enseigne un ensemble vidéo digne d’un Steven Spielberg, une cuisine digne de Robuchon et un salon façon Bettencourt, puis de refuser derechef, par lettre recommandée, la première traite. Écrivez :

Monsieur l’Huissier,

Il me serait fort désagréable de juguler l’impatience légitime que vous 6 ressentez à confisquer l’ensemble de mes biens. Aussi, je me propose de vous laisser les clés de mon domicile sous le cactus nain à gauche de la porte d’entrée. C’est un cadeau du vendeur de chez Ikea pour la chambre d’enfant du 1er étage (2 500 €). Il vous revient donc de droit. Dites tout de même à vos hommes de main de l’arroser avant le transport, cela lui évitera des vacillements intempestifs.

L’écran plat de 128 cm (1 650 €) fonctionne à merveille. Mais n’oubliez pas, je vous en prie, les huit enceintes Dolby 5.1 (695 € seulement, hélas) que je n’ai pas réussi à brancher !

Quant à la cuisinière (la « Grand Papa 180 » de chez La Cornue, 4 835 €), il me semble préférable de contacter la maison-mère pour son déménagement. Mon oncle, pourtant ancien catcheur, s’étant démis l’épaule en ouvrant la porte du four afin d’extirper, vous allez rire, une épaule d’agneau aux olives ! 

Cette lettre vaut pour soumission à vos futures injonctions.

PS : Dans le premier tiroir de la commode chinoise du salon (La Maison Coloniale, 2 250 €), vous trouverez une centaine de procès verbaux de stationnement pour une valeur approximative après majoration de 3 835 € que je vous engage vivement à confier à votre collègue en charge de ce genre d’affaires.

Humblement vôtre...

• Son lit •

Quitter son lit est déjà suffisamment odieux chaque matin, 

alors lui dire adieu…

Un lit, c’est plein de parfums dont aucune enzyme, aussi gloutonne soit-elle, ne peut venir à bout. Un lit, c’est des creux de matelas dus à de trop fortes houles ou de trop longs calmes plats (vous aurez remarqué que seul(e) dans un grand lit, on en utilise toujours la même partie…) ; un lit, c’est aussi des oreillers rabougris par de lourdes têtes pleines de choses inutiles à ces heures-là, ou gonflés de l’orgueil de dizaines de canards ou d’oies dont vous ne connaissez même pas le prénom. Inutile de vous préciser que ces volatiles sont particulièrement exigeants lorsqu’il s’agit de leur quant-à-soi. Hormis l’ornithorynque, je ne connais rien de plus fourbe.

Grâce à Dieu, cette bestiole est dépourvue de duvet comme de plumes et ne risque pas ipso facto d’entrer dans la composition de votre dodo adoré ! Si, néanmoins, vous lisez « duvet d’ornithorynque 43 % » sur la notice de literie, il est inutile d’essayer de quitter ce monde : vous l’avez déjà fait !

Mais revenons à nos ébats

Un matin, vous voilà les deux pieds au sol vous apercevant que vous redéployez votre couette favorite (la rouge cramoisie) et que vous tapotez 10 

les deux oreillers assortis pour la dernière fois. Immédiatement, des centaines de perceptions, de contorsions, d’endormissements alcoolisés, télévisés, radio-diffusés agressent vos synapses. Sans oublier tous ces acariens que vous allez laisser sans la moindre écorce de vous à ronger (on appelle cela la peau chez les humanoïdes). Vous imaginez déjà leurs adorables petites mandibules s’entrechoquer de vide… Pour vous, c’est un Grand Départ, pour eux, c’est une extinction massive ! Grossissez votre loupe amoureuse et vous titillerez de l’âme ce que les dinosaures ont perçu lors de la chute de la Grande Comète !

Mais, je tergiverse, j’évase, je « circonvolue », je « tournautourdupote »… alors qu’un lit ce n’est tout de même que 4 pieds, 1 sommier, 1 matelas, 1 drap du dessous, 1 couette ou 1 drap du dessus, 1 couverture, 1 dessus de lit, 2 oreillers, 2 taies ou bien 1 édredon, 3 peluches qui peuvent être des nounours, des lapins, des girafes, des tigres, des tamanoirs ou des ornithorynques ! Damned, je « retournautourdupote » !

C’est Kevin le niard d’en dessous qui a raison. Eventrement de plumard ! Une fin glorieuse, adolescente ! Les adolescents mâles et femelles ont une idée particulièrement réaliste de la gloire inutile. Il faut que je me mette en contact avec lui… 

© Remy Devay - 2011.

Quotations

"On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui " Laughing
 Pierre quelquechose
 

Prize

"Tirons-nous" Livre sélectionné pour le Livre du Mois d'Octobre 2011.

Last but not least !

La critique de Tirons-nous (let us flee) par Chris Dehove est particulièrement juste !

Vidéos

-

My Player

EmbedPodcastPopupize
Copy/paste this to add the player to your site!

Event

Chers vous tous...

Dédicaces de Tirons-nous le 12 mai 2011.

Au Petit Vendôme 8, rue des capucines 75002
8, rue des capucines 75002
Paris (Paris, France)
 
 
 
Page Translation
Loading translations… loading
Part works fan club
The unmissable series
Let you touch !
Newsflash

Exile ...at Paris

           &nbs...

Read more

Synopsis de serge Lapisse

PROJET CINEMATOGRAPHIQUE  de Serge Lapisse   ...

Read more

Live in the 2nd congres of Caribbean writers

For a happy Babel Lingua !  Live in the second Congress of the ...

Read more

The Unbearable Lightness of Being

  Insoutenable légèreté de l'&eci...

Read more

Support the creation

Aide à la Création du Centre National du Théâtre Paris   La Co...

Read more
Babel Chat

Abandon de la langue maternelle

  Le silence est devenu sa langue maternelle     &n...

Read more

Babel of Cherkaoui

    "MOTS" de Sidi Larbi CHERKAOUI   Sidi Larbi Cherkaoui et D...

Read more

Babel Baby

    Babel Baby         Apprentissage des langues de nos petits ...

Read more

Babel B. A.-Ba

            BABEL B.A.-B...

Read more
Social Bookmark
Facebook MySpace Twitter Digg Delicious Stumbleupon Google Bookmarks RSS Feed 
Find us on Facebook..
Voices of the world

Swiss literature

    Voix du monde   Littérature Suisse   &nb...

Read more

French Literature II

    Voix du monde   Littérature Française   ...

Read more

Algerian Literature ll

  Voix du monde   Littérature algérienne    ...

Read more

French Literature I

  Voix du monde   Littérature Française    ...

Read more

Afghan Literature II

Voix du monde Littérature afghane    ...

Read more
F.W. W mobilephone
News Feeds
Prev Next

Delta students take top honours at Fr…

Two Delta students took home top awards at this year's pan-provincial French public speaking competition Concours d'art oratoire earlier this month.

 - avatar 14 May 2014 Hits:2203 Flash

Read more

Jamia's offbeat language courses …

New Delhi: It's one thing wanting to learn a foreign language like French, German, Portuguese, Japanese or Italian. How about Pashto, Kazhaki, ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2267 Flash

Read more

Host families needed for French s…

Host families needed for French students ... The student travel is made possible by Paris-based LEC (Language, Education, Culture). This story ...

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:2258 Flash

Read more

French book publishers risk being…

Six thousand languages are spoken worldwide, but few have a market for books. French is the fifth-largest language pool, coming after Chinese, ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2337 Flash

Read more

France vs Nigeria LIVE: World Cup…

I've been told by my esteemed colleague Jim Daly that I need to pepper my match build up with more French language references. I vow only to do it ...

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:2261 Flash

Read more

PLSD students place in National Frenc…

And that passion, particularly for the French language, helped them earn National Bronze Medals after completing the American Association of French ...

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:2265 Flash

Read more

Quebec's publishing scene taking the wri…

The Canadian province of Quebec has about 6 million French-speaking inhabitants. In comparison there are only 4.2 million French-speakers in ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2320 Flash

Read more

French language

French Language News

Administrator - avatar Administrator 04 Mar 2014 Hits:2849 Flash

Read more

French seek help over stolen Schu…

“Nobody has been identified as the author of these acts,” prosecutor Jean-Yves Coquillat is quoted as saying by French-language AFP.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:2287 Flash

Read more

Montreal to host French language

The meeting is part of David's action plan to protect and promote the French language 40 years after Robert Bourassa's Liberal government declared ...

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:2216 Flash

Read more