Quotations
Registration Newsletter
Donate
Thank you for your support at French Writers Worldwide
Login
French Writers Worldwide
Abdelmajid Benjelloun
Abdelmalek Rochdi
Alaa al-Aswany
Alain Flayac
Alban Desire AFENE
Alexandre Depouzier
Andrei Makine
Anita Baños-Dudouit
Annie-Gardet
Arnaud Delcorte
Ask your questions
Audrey Ferraro
Bernard Leclaire
Caline Henry Martin
Caroline De Mulder
Charlie Bregman
Charline Effah
Chris Simon
Colette Fellous
Cristina fdjesus
Damien Personnaz
Daniel Leduc
Daniel Pagés
Diane Laure Okounde Simbou
Dominique Lancastre
Dorothee Leconte
Edna Merey Apinda
Elie Naleska
Elisabeth Charier
Eric Mansfield
Fabienne Vereecken
Fatou Diome
Fidji Broustet
Florian Rochat
Francine Grimard
Fulvio Caccia
Gaby Ferréol
Geneviève Francius
Ghislaine Sathoud
Guy Watine
Ian Surraville
Jacques Cauda
Jale Arditti
Jean-Fabien
jean-Jacques dupont-yokhanan
Jeanne Benameur
Jeffrey Littrell
Jibril Daho
Jocelyne Saucier
Julien Lootens
Khalid El Morabethi
Leliana Stancu
Lotis
Louise-Minster
Luc Lavoie
Luc Merandon
Marc KABA
Marcel Zang
Marie Cholette
Marie Fontaine
Marie Laberge
Marie-Christine Dehove
Mélanie Talcott
Michel des Fontanes
Monique Longy
Myriam Salomon Ponzo
Nadir Kateb
Nassim FERRADJI
Nassima Terfaya
Nathalie SOHOU
Nicolas Clément
Nina Minizen
Nourédine Zahri
Omar Tarawneh
Pablo Poblète
Pascal Marmet
Pascal Querou
Pascale Madeleine
Pascaline Alleriana
Patricia Oszvald
Patrick FORT
Patrick-Durand-Peyroles
Pie Tshibanda
Quraishiyah Durbarry
Raphael Confiant
Rémi Devay
Robert Notenboom
Romain Monnery
Sabir Kadel
Salome Mulongo
Samputho Nantarayao
Sandra djadi
Sandrine Virbel
Seddik Mahi
Serge Lapisse
Shantalh
SILVA Frédéric
Sona Reel
St Antoine de la Vuadi
Susie Morgenstern
Sylvain Bergogne
Sylvie Arnoux
Tanya Leroy
Teklal Neguib
Thierry Ledru
Thomas Galley
Verneuil Rémy
Vladimir Nicolas
Wictorien Allende
Worr Berstein
Yano Las
Yassir Mechelloukh

Bébé Blues

User Rating: / 0
PoorBest 

 

 

Bébé Blues

de 

Louise Minster

 

alt

“ Le crayon de Dieu lui-même n’est pas sans gomme »

© Aimé Césaire

 

Louise, petit bout de femme indépendante, partait seule à la découverte de ce monde qui l’entourait, elle aurait bien voulu poser des questions aux adultes de son entourage; mais les interdits et les punitions remplaçaient les rares explications,  des interrogations « comment penser pour bien faire ? » se bousculaient en avalanche dans son petit cœur tout neuf…

 

Elle avait  plusieurs fois vu sa mère régler ses différents avec autrui munie d’un grand coutelas à la main. Le quartier des enfants de chœur où le crime gratuit, invention d’un monde moderne qui s’ennuie, n’existait pas ! La survie s’organisait dans le tohu-bohu acculé en bout de ville, un appendice honteux en bordure du chemin de fer, lieux de passages des petits alchimistes en herbe, des voleurs à la petite semaine, assaisonné des décollages de rhum-citron qui remplissaient les verres de ceux qui ne voulaient pas marcher sur un seul pied.

 

Au cours de sa jeunesse, la famille dut plier bagage plusieurs fois en urgence, Louise, tel un colis postal, était parachutée dans ces nouvelles écoles, où elle subissait le regard des autres et les railleries blessantes, à neuf ans elle n’avait d’autre choix que de se réfugier dans ses livres. Là au moins personne ne pouvait y entrer sans frapper, même sa mère n’y avait aucune priorité.

 

Louise comprit très tôt que l’on ne choisit pas l’endroit où l’on naît … ni ses parents, ni sa famille… Son père brillait par son absence et sa mère nourrissait pour lui une haine meurtrière verbale qu’elle déversait sur sa fille pour se soulager.

Pour Louise tout était clair, sa naissance était une erreur, elle n’avait jamais été désirée …Des petites phrases assassines qui détruisent la  confiance en soi alors qu’ elle avait tellement besoin d’amour et de tendresse pour devenir adulte.

«Combien de fois mon cœur s’est déchiré à ce «  tu ressembles à ton père ! »

Comment pouvais-je ressembler à cet irresponsable foncièrement lâche ?

Lui qui l’avait abandonné au moment où elle avait le plus besoin de sa présence.

Comment ? Mais comment ?

Je haïssais cet homme sans le connaître, avais-je hérité malgré moi de ses mauvais penchants ?

Etais-je devenue le second bourreau de ma mère ? Je vivais un véritable enfer.

Lui ressembler, cela signifiait que j’étais une enfant mauvaise et par conséquent accepter l’idée que j’avais voulu tuer le bébé de ma sœur et jeter dans l’eau bouillante ma petite voisine.

Je faisais du mal à ma mère, elle qui avait déjà tant souffert, n’avais-je à ce point pas de cœur ? J’accusais les autres de cruauté mais ne l’étais-je pas moi-même ?

Mais quel genre d’enfant étais-je ? Qui étais-je ? »

 

Petit à petit, elle sentait grandir en elle, son potentiel d’observation et son intelligence créative ; ce que les adultes lui cachaient volontairement, elle le découvrait par association d’idées imagées, par déduction des actions-réactions…Certain disait qu’elle était précoce, mais elle savait bien que cela n’avait rien à voir avec ses seins qui bourgeonnaient…Elle était bien décidée à ne pas instruire les ignorants et protéger son intelligence sous un T-shirt «  to be or not to be, that is the question ! »

 

« Je me faisais l’effet d’être une graine plantée au hasard qui avait poussé au gré du vent et de la pluie, sans que le semeur ne se soit occupé de l’arroser, tailler les branches qui poussaient n’importe comment ou semer un peu d’engrais aux racines afin de lui donner suffisamment de force pour grandir »

 

Après avoir rempli ses tâches journalières pour sa mère, souvent le soir, Louise, assise derrière la maison,  lisait à la bougie avant d’avoir sa propre lampe de poche. La maison disposait de sa propre fontaine mais pas encore d’électricité. Il fallait aller acheter à l’unique lolo du coin, du pétrole en bouteille afin d’allumer des lampes à mèches.

 

 

Ce roman autobiographique d'une jeune antillaise pourrait être considéré comme l’exutoire d’un trop plein, le témoignage d’une femme en devenir, la résistance adulescente  à l’engloutissement de la pression extérieure, héritée de la vie de maronne,un conditionnement génétique inné de la génération des esclaves noirs rebelles.

Frappés par la pauvreté et le dénuement total dans leur vie quotidienne, ils vivent dans une misère affective et sexuelle héritée de l'époque où les esclaves étaient dépossédés de toute intimité. Ce délabrement psychoaffectif provoque une léthargie intellectuelle, renforcée par un illettrisme organisé, sur laquelle viennent se greffer de nombreux troubles psychiques: névrose post-traumatique et clivage, état de confusion généralisée, dépression, manie alcoolique, pour s'achever finalement dans la mélancolie ou le suicide.

Louise Minster a un style d’écriture dense, rythmé au Gwo Ka, ces mots sont des frappes émouvantes qui pénètrent votre esprit sans relâche. La ponctuation déambule dans votre tympan, la respiration est courte, des évènements précipités en un mélange explosif diatopique, s’éteignent d’un seul coup en fin de chapitre sur une page blanche, silence abrupt du  marqueur  « touché ! coulé ! ».

 

JavaScript is disabled!
To display this content, you need a JavaScript capable browser.

Dans cet espace temps, la poétesse s’offre à vous, un mot percutant,  un passage de quatre vers libres,

 

ZOMBIS

Un hibiscus doré habite mon âme,

C’est la Guadeloupe sous le charme,

D’une petite princesse sans souliers,

Qui a cessé de scintiller.

 

C’est à cet instant précis, que l’on perçoit ses graves moments de résignation intérieure, qui élargissent  la brisure et confirment le retranchement.

 

Aujourd’hui, Louise Minster est une jeune femme d’allure généreuse, avec un sourire communicatif, elle cache au fond d’elle cette pudeur timide des écrivains qui hésitent à se dénuder devant le lecteur par peur de décevoir…

L’auteur, contre la nausée de la résignation, a dépassé toutes ses angoisses en se fondant dans l’écriture, elle a colmaté les fissures de l'incertitude dues aux  glissements  de cette perte de contrôle, elle a su combler l’indifférence des uns par la différence des autres, elle est aujourd’hui professeur de littérature française, a un grand garçon qu’elle adore, elle est aussi artiste peintre.

Elle s’est réconciliée avec sa mère et a senti la confirmation de la  présence d’un Père, un amour inconditionnel, dans ses pas et ses prières.

Ce récit  vient enrichir la collection " Rue des Ecoles " de L' Harmattan qui est dédiée aux travaux personnels, venus de tous horizons...

Car ce livre donnera l'espoir aux jeunes filles à la recherche de cohérence dans l'élaboration de leur avenir.

 

          C'est Noël !  Soyez  une étincelle autour de vous !

 

Bébé Blues © Louise Minster

 

 

Titre : Bébé Blues

une vie aux antilles

Auteur : Louise Minster

Editions L'Harmattan

date de sortie : octobre 2013

ISBN 978-2-343-01779-2

vous procurer ce livre ici

 

 

 

 

 

 

 

Live sélectionné pour le livre du mois de janvier 2014

PRIX LITTÉRAIRES : Une heureuse nouvelle "Bébé Blues " a reçu la médaille d'argent de l'académie internationale de LUTÈCE (Paris)

en ce mois de mai 2014.

Découvrir Louise Minster

 

Marie-Christine Dehove po Frenchwritersworldwide.com

25 décembre 2013

 

Au cinéma ....A découvrir aussi dans le même esprit ...

Cette histoire où l’on suit Josua et Silex, deux amis d’enfance désœuvrés, exclus modernes aux familles explosées, est une plongée crue dans une jeunesse antillaise à l'écart de la société et de ses codes. C’est même "une plongée dans le ghetto antillais". Si le scénario est plutôt convenu, Nèg Maron expose au spectateur le contraste de la vitalité débordante des Antilles et la face sombre d’une pauvreté bien présente.

 

 

Par son aspect sociétal, le film de Jean-Claude Flamand Barny a même fait l’objet d’une étude de Patricia Donatien-Yssa, spécialiste de littérature et de l’art caribéens et maître de conférence à l’Université des Antilles et de la Guyane.

 

 

 

 
Page Translation
Loading translations… loading
Part works fan club
The unmissable series
Let you touch !
Newsflash

The school of sincerity

Slam …The school of sincerity”Everyone can slam, it does not have ther...

Read more

Live in the 2nd congres of Caribbean writers

For a happy Babel Lingua !  Live in the second Congress of the ...

Read more

La Langue Française en fête.

  Etendue à toute la Communauté française, élargie, la fête de la l...

Read more

Exile ...at Paris

           &nbs...

Read more

Better Later than Never ...François Weyergans.

    Le quart d'heure académique… François Weyergans ! ...

Read more
Babel Chat

Abandon de la langue maternelle

  Le silence est devenu sa langue maternelle     &n...

Read more

Babel of Cherkaoui

    "MOTS" de Sidi Larbi CHERKAOUI   Sidi Larbi Cherkaoui et D...

Read more

Babel Baby

    Babel Baby         Apprentissage des langues de nos petits ...

Read more

Babel B. A.-Ba

            BABEL B.A.-B...

Read more
Social Bookmark
Facebook MySpace Twitter Digg Delicious Stumbleupon Google Bookmarks RSS Feed 
Find us on Facebook..
Voices of the world

Swiss literature

    Voix du monde   Littérature Suisse   &nb...

Read more

French Literature II

    Voix du monde   Littérature Française   ...

Read more

Algerian Literature ll

  Voix du monde   Littérature algérienne    ...

Read more

French Literature I

  Voix du monde   Littérature Française    ...

Read more

Afghan Literature II

Voix du monde Littérature afghane    ...

Read more
F.W. W mobilephone
News Feeds
Prev Next

The case against Belgium

It's true that chocolate, beer, and french fries are all hard to hate. ... What's more, in the early 19th Century the French language was very widely ...

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:2059 Flash

Read more

High school exam in Latvia: lowest score…

The score for the Russian language exam was 70.9%, up 6.75%, compared to ... The results for the French language exam show improvement as well ...

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:1928 Flash

Read more

Four Students Head To France To S…

The French hosts families take in two or three students, normally from ... and friendship rapidly develop with French being the “common language”.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:1890 Flash

Read more

French photojournalist Camille Le…

The French President's office said Tuesday that 26-year-old French ... “What fascinates me about photography is its universal language,” Lepage told ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:1901 Flash

Read more

French book publishers risk being…

Six thousand languages are spoken worldwide, but few have a market for books. French is the fifth-largest language pool, coming after Chinese, ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2007 Flash

Read more

France carrier SFR to roll out Wi…

Leading France wireless carrier SFR will roll out the over-the-air update to ... service Cortana, though it is unlikely to work with the French language.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:1964 Flash

Read more

Delta students take top honours at Fr…

Two Delta students took home top awards at this year's pan-provincial French public speaking competition Concours d'art oratoire earlier this month.

 - avatar 14 May 2014 Hits:1881 Flash

Read more

Canada and Quebec both stronger for embr…

This column is an abridged updated version of a French-language column that first appeared in L'actualité magazine. Earlier this month, Hébert ...

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:1922 Flash

Read more

Klinsmann Raises Language Issue W…

His primary language is French, not English, raising concern that he would be able to communicate with the Belgian players, but not the Americans.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:1886 Flash

Read more

Quebec's publishing scene taking the wri…

The Canadian province of Quebec has about 6 million French-speaking inhabitants. In comparison there are only 4.2 million French-speakers in ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2005 Flash

Read more