Quotations
Registration Newsletter
Donate
Thank you for your support at French Writers Worldwide
Login
French Writers Worldwide
Abdelmajid Benjelloun
Abdelmalek Rochdi
Alaa al-Aswany
Alain Flayac
Alban Desire AFENE
Alexandre Depouzier
Andrei Makine
Anita Baños-Dudouit
Annie-Gardet
Arnaud Delcorte
Ask your questions
Audrey Ferraro
Bernard Leclaire
Caline Henry Martin
Caroline De Mulder
Charlie Bregman
Charline Effah
Chris Simon
Colette Fellous
Cristina fdjesus
Damien Personnaz
Daniel Leduc
Daniel Pagés
Diane Laure Okounde Simbou
Dominique Lancastre
Dorothee Leconte
Edna Merey Apinda
Elie Naleska
Elisabeth Charier
Eric Mansfield
Fabienne Vereecken
Fatou Diome
Fidji Broustet
Florian Rochat
Francine Grimard
Fulvio Caccia
Gaby Ferréol
Geneviève Francius
Ghislaine Sathoud
Guy Watine
Ian Surraville
Jacques Cauda
Jale Arditti
Jean-Fabien
jean-Jacques dupont-yokhanan
Jeanne Benameur
Jeffrey Littrell
Jibril Daho
Jocelyne Saucier
Julien Lootens
Khalid El Morabethi
Leliana Stancu
Lotis
Louise-Minster
Luc Lavoie
Luc Merandon
Marc KABA
Marcel Zang
Marie Cholette
Marie Fontaine
Marie Laberge
Marie-Christine Dehove
Mélanie Talcott
Michel des Fontanes
Monique Longy
Myriam Salomon Ponzo
Nadir Kateb
Nassim FERRADJI
Nassima Terfaya
Nathalie SOHOU
Nicolas Clément
Nina Minizen
Nourédine Zahri
Omar Tarawneh
Pablo Poblète
Pascal Marmet
Pascal Querou
Pascale Madeleine
Pascaline Alleriana
Patricia Oszvald
Patrick FORT
Patrick-Durand-Peyroles
Pie Tshibanda
Quraishiyah Durbarry
Raphael Confiant
Rémi Devay
Robert Notenboom
Romain Monnery
Sabir Kadel
Salome Mulongo
Samputho Nantarayao
Sandra djadi
Sandrine Virbel
Seddik Mahi
Serge Lapisse
Shantalh
SILVA Frédéric
Sona Reel
St Antoine de la Vuadi
Susie Morgenstern
Sylvain Bergogne
Sylvie Arnoux
Tanya Leroy
Teklal Neguib
Thierry Ledru
Thomas Galley
Verneuil Rémy
Vladimir Nicolas
Wictorien Allende
Worr Berstein
Yano Las
Yassir Mechelloukh

Savoir choisir sa route

 

 

Lettre ouverte

de

Myriam Salomon Ponzo

Savoir choisir sa route

 

SAVOIR CHOISIR SA ROUTE

 

 

La route de mes ouvrages est ouverte depuis 2002, année où j'ai écrit la version originelle du premier épisode de 'Gabriel Beauregard'.

Lui a succédé, mon autobiographie 'Les Hirondelles seront toujours là'.

 

Sans le savoir en 2002, je jetais là, les deux styles qui allaient me coller à la peau.

Deux genres, polar fantastique et textes autobiographiques, entre lesquels mon cœur ne peut se décider.

L'un étant marqué par ma première passion pour le cinéma, et je suis une enfant des années soixante-dix s'étant gavée des films de la fabuleuse époque des années quatre-vingt qui ont vu l'émergence des réalisateurs les plus talentueux de notre époque.

L'autre étant empreint d'un parcours assez atypique, bercée tout autant de rêves que de cauchemars.

Ensuite, le mélange de ces deux univers, a donné naissance aux nouvelles fantastiques, A la limite du monde, qui m'ont permis d'allier mon goût du mystère surréaliste à celui de l'émotion.

L'évolution de ma vie a ajouté à mon écriture, les carnets de voyage qui sont aussi, un exercice qui me permet de jeter à plat de manière spontanée, des émotions, des rencontres, que seul un voyage comme un raid en autonomie peut procurer. Une philosophie de vie qui m'habite depuis toujours et qui ne demandait qu'à se concrétiser.

 

Vous me direz mais, alors, faut faire un choix, on ne peut pas tout bien faire. Et je suis bien d'accord. Mais je suis une amoureuse de la vie et c'est mon choix de ne pas en faire un. Pourquoi se priver de plaisirs multiples ? Pour intégrer un moule ? Parce que cela ne se fait pas ? Et bien non, j'ai décidé de ne pas m'ôter le moindre plaisir qui soit.

 

En revanche, j'ai fait le choix concernant mes entretiens avec les auteurs.

En 2010, le destin m'a portée vers les éditions TRANSBOREAL en la personne de Géraldine Dunbar. Son livre, Seule sur le Transsibérien m'a subjuguée de par sa sincérité. Puis, est venu le livre de Marc Alaux, La Vertu des steppes.

Oui, j'avais, au travers de mes souvenirs d'enfance rédigés dans mon autobiographie, réveillé mon intérêt pour les slaves. Docteur Jivago avait bercé mon enfance. Alors qu'à neuf ans, je n'y avais bien sûr, rien compris, étrangement, les scènes dont je me souvenais et donc mes préférées, sont restées les mêmes après plus de 30 ans. Sentiment particulier...pourquoi ? Parce que tout simplement, ce sont les scènes qui portent au mieux l'état d'esprit du film. C'est en cela qu'on sait qu'on a affaire à un génie de réalisateur.

Il en est de même pour les livres. De ceux auxquels vous repensez des années après, ceux dont les personnages vous marquent, parce qu'ils vous ont fait comprendre quelque chose. Vous ne vous en êtes pas forcément rendu compte sur le moment ; c'est bien après, en y repensant que la portée du livre vous atteint.

Bref, un jour quelqu'un m'a dit : "Soit positive et tu attireras le positif".

Je n'ai pas eu à trop forcer, l'optimisme, malgré les déconfitures qui se succédaient dans mon parcours, étant une de mes particularités, ainsi que la persévérance.

C'est ainsi que j'ai glissé doucement vers l'univers que vous découvrirez sur ce blog et c'est ainsi que des rencontres extraordinaires me sont arrivées.

Déjà, celles avec Géraldine et Marc me remplissaient d'une joie sereine, faite d'un mélange d'échanges humains et de respect.

Sont venus s'y greffer mes lecteurs, qui, de plus en plus nombreux grâce au bouche à oreille, m'ont témoigné leurs émotions à la lecture de mes ouvrages et m'ont suivi sur l'ensemble de ceux-ci, bien que très différents. Ceci m'étonna la première.

 

Et puis, il y a de ces rencontres comme on en fait peu dans sa vie. Que la providence vous amène.

Celles qui rallument la torche qui s'était éteinte sur votre parcours que vous étiez en train de perdre dans la nuit noire des tentations et des pressions d'autrui.

La mienne se nomme HOPE. Quand j'ai eu en mains le premier tome de sa saga, je ne savais pas que je venais de me remettre sur les bons rails. Cependant, guidée par mon instinct et abasourdie par son œuvre, je rédigeai des chroniques enthousiastes.

De ces chroniques que je veux non "moulées" comme on en voit partout : Le résumé, l'avis, le "j'ai aimé", "je n'ai pas aimé", la note des fois sur 10, et oh grand Dieu, souvent, un avis assez prétentieux. Quelques unes sont bien argumentées, je vous l'accorde. D'autres le sont, bien souvent, par des gens qui ne sont pas capables d'écrire un chapitre de livre. Certes, il n'est pas besoin d'être auteur pour être chroniqueur, mais parfois, certains oublient de descendre de leur piédestal ou bien, faute d'avoir eux-mêmes réussi à sortir un livre correct, se vengent du talent des autres, en trouvant des défauts aussi ridicules que pathétiques, tels que : il manque une virgule, les guillemets ne sont pas mis aux dialogues. Et l'histoire...ben, on se demande parfois, s'ils en ont saisi l'essence ! Quelle importance peut-il bien y avoir à une virgule qui manque, quand on a face à soi, un bon bouquin ?

Tout cela m'agace au plus au point. Ces éditeurs, qui ne sont plus que des requins avides, qui vous répondent, qu'un livre n'a pas de style alors que ceux qu'ils éditent sont insipides, mais....mais vendeurs !! Et bien oui, le voilà, le nœud du problème. Il faut être vendeur ! Ça me rappelle un film dont j'ai, pardonnez-moi, oublié le titre, et dans le lequel le tueur dit à sa victime au moment où il l'a tue : "Publish or perish !" "Publie ou périe !"

Or, aujourd'hui, la masse des auteurs auto-publiés a décidé de publier. En effet, ils ont pris conscience de leur talent et ces derniers sont reconnus par leur public. Et ce sont les éditeurs qui commencent à périr et qui ont peur. Alors, ils inventent un tas de défauts dont ils nous affublent pour nous discréditer, sachant en leur for intérieur, qu'ils ne font que reculer pour sauter.

Oh, ils vont être là encore longtemps, trop longtemps, car ils étouffent des talents que je rencontre tous les jours et c'est ainsi que fonctionne notre monde : la loi du plus fort. Mais la colère gronde dans les bas-fonds de l'écriture. Mais la Révolution ne pourra se faire que lorsque nous aurons cassé ses moules qu'ils veulent à tout prix nous faire intégrer. La richesse d'un peuple se fait de la diversité des choses.

 

Voilà pourquoi, vous aurez compris, qu'il ne sert à rien que vous cherchiez sur ce blog la critique du dernier best-seller sorti, vous ne la trouverez pas.

Si la plupart des gens veulent être "in", moi, je préfère restée "out".

Out de ces systèmes qui ne veulent qu'une chose, nous mettre sur les rails d'un monde préfabriqué, digéré à l'avance pour nous, façonner selon un schéma prédéfini.

Aujourd'hui, il faut être parfait, correct, avoir choisi sa voie parmi celles qui sont prônées par les grandes institutions.

Il y a un an, je me suis décidée à aller à la rencontre des auteurs, qui comme moi, ne demandent qu'à être enfin connus pour faire connaître leurs œuvres.

Il m'aura fallu moins de six mois pour trouver mon propre chemin dont j'avais une idée, certes, mais dont les contours de cette idée, étaient encore flous.

M'entretenir avec des auteurs était pour moi une aventure que je voulais intéressante.

J'ai rapidement croulé sous les demandes. Et chose, pour la moins surprenante, de demandes de la part de gens que je ne connaissais, ou pas du tout, et dont, pardessus tout, je n'avais rien lu et ne me proposaient même pas de les lire. En fait, ces personnes ne voulaient qu'une chose : un article de plus à mettre dans leur dossier. Mais je vous pose la question : Quel intérêt y-a-t-il à avoir une interview de plus à son actif si celle-ci est vide de toute âme ?

Ces auteurs-là n'avaient pas compris l'état d'esprit qui m'animait. Mais je ne les blâme pas, je les comprends tout à fait, vu que la plupart du temps, les entretiens se ressemblent comme deux gouttes d'eau d'un blog à l'autre. Moi-même, j'en ai fait d'ailleurs, prise au même piège de la soif d'être connue, comme mes confrères.

Et puis, j'ai compris que je me trompais d'aiguillage par rapport à ce que j'attendais.

Oui, ce que je veux, c'est éviter les pièges du monde la consommation du "tout de suite" et "vite" au détriment du "je prends le temps de me poser".

J'ai lancé alors mes interviews "décalées" qui en fait sont des entretiens personnalisés, adaptées vraiment à l'auteur à qui je m'adresse. Et cela ne peut pas se faire à la va-vite.

Cela implique L'ENVIE DE LIRE l'auteur déjà, une attirance passionnelle pour le livre qu'il vient de sortir ou a sorti, même s’il y a quelques années, le temps de DIGERER son ouvrage, l'INTERET PORTÉ à l'auteur en se renseignant sur son parcours et ensuite le PLAISIR DE LA RENCONTRE effective, puis l'ATTENTE, car nul ne saurait presser quelqu'un à répondre rapidement à des questions  importantes pour lui.

 

Ai-je dévié de mon sujet ? Je sens que vous vous dites que « oui » dans la mesure où j'avais commencé à parler de ma rencontre avec F.E.H. HOPE.

Et bien non, ceci n'avait pour but que de vous expliquer le cheminement qui s'est fait depuis dans mon esprit et qui n'est autre que cette quiétude acquise. Vous ne voyez toujours pas le rapport avec HOPE ? Il faut avoir lu sa saga pour le comprendre, donc je vous invite à lire mes chroniques des trois premiers tomes sur ce blog pour ensuite vous rendre sur son site et forum.

Vous ne pourrez comprendre tout, même après cela. Une connivence entre auteur et être humain ne peut s'expliquer par des mots. Elle est et c'est tout.

 

Alors, aujourd'hui, je ne cours plus. J'écris le 3ème épisode de ma série de polars fantastiques Gabriel Beauregard, en prenant mon temps et même en écrivant et sortant d'autres livres pendant son développement, car j'ai compris qu'un livre qu'on écrit devait vivre et respirer.

Or, en courant, on a du mal à respirer.

 

J'ai eu grand plaisir à partager ce coup d'humeur ou de gueule, appelez-le comme vous voulez. Il est fidèle à ce que je suis et c'est tout ce qui m'importe.

 

Savoir choisir sa route © Myriam SALOMON PONZO

pour Frenchwritersworldwide.com 

novembre 2012.

 
Page Translation
Loading translations… loading
Part works fan club
The unmissable series
Let you touch !
Newsflash

Exile ...at Paris

           &nbs...

Read more

Museum of Letters and Manuscripts

    "Spoken words fly away, writings remain". The ...

Read more

Better Later than Never ...François Weyergans.

    Le quart d'heure académique… François Weyergans ! ...

Read more

Meeting of French and American writers in New York .

  Meeting of French and American writers in New York ...

Read more

Third Congress of the Caribbean writers

Le thème de réflexion du troisième congrès, lequel se tiendra ...

Read more
Babel Chat

Abandon de la langue maternelle

  Le silence est devenu sa langue maternelle     &n...

Read more

Babel of Cherkaoui

    "MOTS" de Sidi Larbi CHERKAOUI   Sidi Larbi Cherkaoui et D...

Read more

Babel Baby

    Babel Baby         Apprentissage des langues de nos petits ...

Read more

Babel B. A.-Ba

            BABEL B.A.-B...

Read more
Social Bookmark
Facebook MySpace Twitter Digg Delicious Stumbleupon Google Bookmarks RSS Feed 
Find us on Facebook..
Voices of the world

Swiss literature

    Voix du monde   Littérature Suisse   &nb...

Read more

French Literature II

    Voix du monde   Littérature Française   ...

Read more

Algerian Literature ll

  Voix du monde   Littérature algérienne    ...

Read more

French Literature I

  Voix du monde   Littérature Française    ...

Read more

Afghan Literature II

Voix du monde Littérature afghane    ...

Read more
F.W. W mobilephone
News Feeds
Prev Next

The Most Common Languages Spoken …

As you'd probably guess, the second-most common language spoken in ... Spanish blankets the country except for two French areas: in a handful of ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2205 Flash

Read more

French on the Web: Quebec Court L…

What next, he's going to say that English and other languages are actually equal to French? Surprisingly he has the very nerve to do so and argues ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2177 Flash

Read more

French language

French Language News

Administrator - avatar Administrator 04 Mar 2014 Hits:2713 Flash

Read more

Language classes embark on Defens…

The level IV French, Mandarin, and Spanish classes and a few AP French students will be heading to the Monterey Bay to attend Language Day at the ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2136 Flash

Read more

Four Students Head To France To S…

The French hosts families take in two or three students, normally from ... and friendship rapidly develop with French being the “common language”.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:2106 Flash

Read more

Montreal to host French language

The meeting is part of David's action plan to protect and promote the French language 40 years after Robert Bourassa's Liberal government declared ...

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:2098 Flash

Read more

French book publishers risk being…

Six thousand languages are spoken worldwide, but few have a market for books. French is the fifth-largest language pool, coming after Chinese, ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2213 Flash

Read more

Delta students take top honours at Fr…

Two Delta students took home top awards at this year's pan-provincial French public speaking competition Concours d'art oratoire earlier this month.

 - avatar 14 May 2014 Hits:2089 Flash

Read more

Jamia's offbeat language courses …

New Delhi: It's one thing wanting to learn a foreign language like French, German, Portuguese, Japanese or Italian. How about Pashto, Kazhaki, ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2132 Flash

Read more

French language verb puzzles

This Pin was discovered by 'Ena Jenkins. Discover (and save!) your own Pins on Pinterest. | See more about puzzles, french language and languages.

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:2133 Flash

Read more